GRAVURES DE LA MARCHE

TRAVAIL EN COURS

Les premiers portraits d’humains figuratifs connus à ce jour.

Il y a 15 000 ans environ dans une grotte de la Vienne, un groupe d’humains a gravé sur des dalles de pierre des animaux, des portraits, des scènes de la vie quotidienne, thèmes rarement traités dans l’art paléolithique.

Ces gravures, quasi contemporaines aux peintures pariétales de Lascaux (-17000 ans), constituent un patrimoine remarquable. Nulle part ailleurs, n’a été découvert un tel témoignage de la vie des humains au Magdalénien supérieur.

Si leur virtuosité était exceptionnelle, leur technique était simple et ingénieuse. Ils utilisaient des pierres à face plane sur lesquelles ils appliquaient une couche d’ocre, puis dessinaient à l’aide d’un silex pointu. Mais les gravures fines et superposées sont devenues quasiment illisibles à l’œil nu. C’est le point de départ du projet : percer les secrets de ce groupe d’humains en révélant et interprétant leurs dessins à l’aide de la photographie.

Frédéric Delangle développe depuis 2018 un travail photographique personnel, premier temps de son approche, avec un protocole permettant de révéler toutes les gravures d’une pierre. Dans une seconde phase, il s'approprie les œuvres via son interprétation des relevés, redessinés à la palette graphique afin d'en proposer une esthétique personnelle.

Ce projet a reçu le soutien du CNAP en 2019.